Connect with us

Actualités

Après Cim Ivoire: Le Coebci visite le site de la STIB et l’atelier de Pathé’O

Publié

depuis

Le Bureau du Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire (COEBCI) s’est rendu, ce samedi 13 juillet 2019, successivement à la Société de transport ivoiro-burkinabè (STIB), à la SITARAIL à Treichville  où les a reçus le PCA de ladite société Issaka Sawadogo, et à l’atelier du célèbre couturier-styliste Ouédraogo Pathé dit Pathé’ O, toujours dans la commune de Treichville.

Après l’entreprise CIM IVOIRE de Inoussa Kanazoé visitée le mardi 11 juin 2019, le bureau du COEBCI a rendu visite, ce samedi 13 juillet 2019, à deux autres éminents membres du Conseil. C’est à 10h45 mn que le président du COEBCI Moussa Ouédraogo et les membres de son bureau arrivent sur le quai de la gare de train de la SITRAIL à Treichville. Ils prennent place dans la salle VIP où les rejoint Issiaka Sawadogo, PCA de la STIB à qui la SITARAIL  a concédé l’exploitation du  volet  passagers. 

Prenant la parole, Moussa Ouédraogo a donné  les nouvelles au ‘’maitre de maison’’. «Notre présence ce matin ici obéit à une démarche que nous impose l’association que nous avons créée. Nous pensons que nous devons nous connaitre. Nous voulons remercier ceux qui sont venus. Nous sommes ensemble par la grâce de Dieu.  Quand vous faites la connaissance de quelqu’un, vous vous enrichissez le même jour de cette nouvelle connaissance. Mais, en même temps, commencent les problèmes, parce qu’on ne sait pas toujours quand on peut faire des histoires avec cette nouvelle connaissance. Nous sommes venus saluer El Hadj Issaka Sawadogo pour ce qu’il fait pour la communauté burkinabè. Nous sommes venus saluer son expertise, parce que le train qui roule, c’est aussi grâce à lui», a déclaré le président du COEBCI.  Le PCA de la STIB s’est réjoui de cette démarche. «C’est très important qu’on se retrouve. Tout humain a un défaut. On demande à Dieu de cacher nos défauts pour qu’on vive en paix avec nos semblables. Notre association a un objectif, c’est d’aider tout le monde. Cela fait quelques années que nous exploitons cette concession que nous a faite la SITARAIL. Chacun sait ce qu’on a fait », a-t-il fait savoir. Avant de faire une annonce importante. «Grâce à la qualité de  nos relations avec la SITARAIL, notre contrat a été renouvelé pour 15 ans. C’est une bonne chose, parce que j’ai constaté que nos parents font plus confiance au train qu’au car. Le train est plus sûr», a-t-il expliqué. Puis est intervenu le Dg de la STIB, Yannick qui a fait l’état des lieux et donné sa vision. «Nous sommes dans une phase de développement. On a décidé de viser le confort, de fournir le meilleur service possible aux voyageurs», a-t-il indiqué.

Quant à Bernard Bonané, membre du COEBCI, il a félicité Issaka Sawadogo et ses collaborateurs pour le travail qu’ils abattent pour  mettre les passagers dans les meilleures conditions de voyage. La visite s’est terminée par une photo de famille.

Puis, cap a été mis sur l’atelier du couturier Ouédraogo Pathé dit Pathé’O. Sis à l’avenue 19 Rue 22 Barrée, l’antre de ce ‘’gourou’’ de la mode bourdonne comme une ruche où se côtoient de nombreux employés des deux sexes. Le spectacle est impressionnant. Pathé’O en personne se propose pour une visite guidée de l’immense atelier. Une visite qui se termine dans la boutique qui se trouve de l’autre côté de l’avenue qui sépare les deux bâtiments. Autant l’atelier fourmille de monde et de machines, autant la boutique, plus ‘’soft’’ se présente comme la représentation de Pathé’O  lui-même: sobre, raffinée, calme et apaisante. L’air conditionné distillé par un split ‘’complice’’ met le visiteur à l’aise.

Intervenant après les présentations d’usage, Issaka Sawadogo, séduit par le décor, adresse des bénédictions à l’illustre hôte. «Que Dieu vous donne longue vie et que vos affaires puissent prospérer. On découvre de bonnes choses. On est fier de vous ! », Confie-t-il non sans émotion. Pathé’O qui apprécie la visite et les propos du PCA de la STIB donne des explications sur son ‘’business’’. «Ici, c’est la boutique. On en a 8 à Abidjan. Il y en aussi à Yamoussoukro. Je suis le premier couturier à ouvrir une boutique. Je le fais parce que la majorité de mes clients vient de l’extérieur. Pour eux, c’est plus pratique, puisqu’ils viennent s’approvisionner directement et peuvent repartir aussitôt. Alors que s’ils doivent passer par l’atelier, ils peuvent attendre plus longtemps avant d’avoir leurs effets», a-t-il déclaré.

A sa suite, le président du COEBCI Moussa Ouédraogo a pris la parole pour expliquer les objectifs de la structure. Selon lui, il est important que les membres se connaissent, se rapprochent, échangent et partagent leurs  expériences. Connaitre quelqu’un, a-t-il poursuivi, suppose que vous savez où cette personne habite et ce qu’elle fait. «A supposer que la personne dont vous avez fait la connaissance soit un coupeur de têtes, le jour où il n’a pas de tête à couper, c’est la tienne qu’il va couper. C’est pour cela que nous faisons le tour des membres pour savoir ce que chacun fait. Ça permet aussi une consommation éventuelle de ce que font les uns et les autres. L’autre aspect qui n’est pas moins important, c’est qu’il faut que nous sachions reconnaitre le mérite de ceux qui se distinguent par leur travail. Il faut les magnifier  et accepter qu’ils sont  des références. Y a rien dans jalousie, dit-on », a-t-il commenté.

La visite s’est achevée par une collation offerte par Pathé’O qui a fait don d’un imposant boubou blanc et de deux chemises frappées de son célèbre sigle à Issaka Sawadogo. De même, il a fait remettre à chaque membre de la délégation (plus d’une dizaine de personnes) une chemise Pathé’ O.

Service de communication

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

COEBCI : Reprise des réunions et des activités du bureau exécutif 

Publié

depuis

Par

La récréation est terminée au Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire (Coebci) qui a fait sa rentrée sous la forme d’une importante réunion, la première, depuis près de quatre mois, tenue, ce samedi 20 février 2021 à son siège à  Koumassi, au sud de la capitale économique ivoirienne.

Après  donc une trêve liée à la fois à pandémie de la Covid-19 et à l’absence de son président, Moussa Ouédraogo, le bureau exécutif du Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire s’est retrouvé pour la rencontre de l’année, élargie aux délégués de Yamoussoukro, Soubré et Méagui.

L’ordre du jour décliné en sept points a été  l’occasion pour les membres du Coebci qui a deux ans d’exister d’évaluer le parcours et se projeter dans le futur pour faire du Conseil, le creuset de tous les opérateurs économiques burkinabè vivant en Côte d’Ivoire.

Abordant le premier point de l’ordre du jour, le Secrétaire général, Kindo Issaka, qui assurait l’intérim, a fait le point de sa « gestion » du Conseil durant les quatre mois d’absence du président Moussa Ouédraogo. Une gestion qui se résume à la participation du Coebci à la cérémonie de distinction à Yamoussoukro du Consul général du Burkina Faso à Abidjan ; distinction qui honore toute la communauté burkinabé. Puis le Coebci a marqué sa solidarité à Mme Mariam Kanazoé, éprouvée par le décès de son petit frère tout comme il a participé à l’inhumation de la belle-mère de Saint-Joseph Ilboudo plus connu sous le nom de St-Joe.

Kindo a, également, conduit une délégation du Coebci à Ouangolodougou pour prendre part à l’inhumation de la mère du Pca de la Société de transport Ivoiro-burkinabè (Stib), Sawadogo Issiaka. Le Coebci, a poursuivi Kindo Issaka, était, également au lancement du partenariat Coris Bank-Air Burkina. Autant d’activités en son absence, qui ont fait dire au président Moussa Ouédraogo que « la maison a été bien gardée », commentant le compte-rendu de son secrétaire général.

Le deuxième point abordé par le président Moussa Ouédraogo a été, essentiellement, consacré à son séjour au Burkina Faso où en compagnie de MM. Kaboré Anatole, Bonané Bernard et Souleymane Nikiéma, présents à Ouagadougou, se sont joints à lui pour entreprendre une série de rencontres à Ouagadougou avec des partenaires et plusieurs autorités administratives et religieuses en vue d’un renforcement des liens de partenariat.

Ainsi, successivement, le président Moussa Ouédraogo et sa délégation ont été reçus en audience par les ministres de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, Harouna Kaboré, son ex-collègue de l’Intégration et des Burkinabè de l’Étranger, Paul Tiendrébéogo, le Directeur de Cabinet du Président du Faso,  Dr Seydou Zagré. Ces autorités ont assuré le Coebci de leur disponibilité à accompagner le Conseil dans les investissements de la Diaspora au Burkina Faso. Quant aux guides religieux et traditionnels dont le Cardinal Philippe Ouédraogo, la Conférence de l’Église évangéliste, le Mogho Naaba, les imams, ils ont été attentifs au message de leurs hôtes et les ont assurés de leurs bénédictions et prières pour la noble mission que s’est assignée le Coebci.

Les partis politiques représentatifs n’ont pas été oubliés par Moussa Ouédraogo et sa délégation. Ainsi, à Simon Compaoré (MPP), Eddie Komboïgo (CDP), Zéphirin Diabré (UPC) et Me Gilbert Noël Ouédraogo, la délégation a expliqué les objectifs du Coebci. Unanimement, selon le président Moussa Ouédraogo, ces personnalités se sont réjouies de cet outil de développement qu’est le Coebci pour le bonheur de la Diaspora. Aussi ont-elles marqué leur volonté de soutenir le Conseil. Des échanges similaires se sont poursuivis avec le Conseil burkinabè des chargeurs, la Chambre de Commerce et plusieurs dirigeants d’entreprises étatiques et privées. Les différents interlocuteurs ont, selon M. Ouédraogo, non seulement, salué l’initiative mais aussi prodigué des conseils pour maintenir la flamme du Coebci.

Au total, dira le président Moussa Ouédraogo,  le séjour burkinabè fut fructueux du point de vue contacts et positionnement du Coebci. «Aujourd’hui à Ouagadougou, le Coebci est la clé qui peut ouvrir bien de portes au pays. Pour cela, j’exhorte chaque membre à mettre véritablement du sien pour toujours préserver la bonne image du Conseil. Les autorités du pays nous attendent. A nous de mériter cette confiance et l’avenir sera prometteur pour le Coebci», a dit M. Ouédraogo  relayé par le trésorier adjoint, Idrissa Nikiéma pour le point trois relatif à la situation des cotisations des membres.

Dans la transparence, M. Nikiéma a relevé que pour l’exercice 2020, seules six personnes se sont acquittées de leurs cotisations sur les trente membres que compte  le bureau exécutif. Idem pour le présent exercice où pratiquement, les mêmes personnes sont à jour. Aussi a-t-il lancé un appel pressant aux membres pour se mettre à jour de leurs cotisations. Face à  cette difficulté, Salogo Brahima s’est engagé à  payer dès lundi le loyer du siège jusqu’à fin décembre. Un acte de générosité salué par une salve d’applaudissements. Toutefois, Pathé Ouédraogo a invité le bureau à entamer (enfin) le processus de mise en place du fonds pour garantir la pérennité du Conseil.

Aux points 4 et 5 de l’ordre du jour, le président du Coebci a soumis la question du renouvellement du bureau et la parution du 2è numéro du Coebzine, le magazine du Conseil. Sur ces deux points, les participants ont regretté les absences récurrentes de certains membres du bureau qui justifiaient, largement, une éventuelle recomposition mais ils ont dans l’ensemble demandé de surseoir à cette décision pour donner une chance aux concernés de se racheter. Le projet de parution du second numéro du Coebzine a été approuvé sous réserve de définir sa périodicité.

Sur les points  6 et 7 relatifs à l’organisation de l’An 2 du Coebci et au programme d’activités de l’année 2021, la réunion a entériné le choix de Kindo Issaka en qualité de président du comité d’organisation à charge de donner un contenu aux festivités pour faire de la célébration de l’An2 un événement de grande et belle facture. Quant au programme des activités du présent exercice, le président Moussa Ouédraogo a demandé à chacun de soumettre à la prochaine réunion du bureau ses propositions qui seront débattues en plénière pour sortir un chronogramme définitif.

Au cours de cette réunion, la parole a été donnée aux représentants du Conseil à l’intérieur du pays pour leur permettre de faire le point sur leurs activités. Ces derniers sont repartis plus que convaincus de la nécessité d’oeuvrer à un meilleur implantation du Coebci.

Avant la levée de la rencontre, Moussa Ouédraogo a remis des présents à Mmes Yao Prisca, pour son dévouement et engagement à la cause du Coebci et Bony Jeanne, la secrétaire du président du Coebci pour sa disponibilité au service du Conseil.

Sercom Coebci

Continuer la lecture

Actualités

Le COEBCI chez le cardinal Philippe Ouédraogo et Dr Zongo Pousga Etienne

Publié

depuis

Par

Entamée depuis quelques semaines, la tournée du Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire (Coebci) à Ouagadougou, s’est poursuivie mercredi et jeudi dernier, chez son éminence le Cardinal, Archevêque métropolitaine de Ouagadougou.

Les échanges entre l’homme de Dieu, et la délégation conduite par El hadj Moussa Ouédraogo, président du Coebci, ont tourné autour du Conseil, de ses activités et de ses projets pour le Burkina Faso. Le Cardinal qui a eu une oreille attentive pour ses hôtes les a félicités et rassurés de ses prières et ses bénédictions dans leur noble mission. Le Cardinal a reçu, en retour, de la délégation venue le rencontrer des exemplaires du magazine du Coebci.

Le lendemain jeudi 28 janvier 2021, la délégation du Coebci a été accueillie par le Conseil général des Assemblées de Dieu, où elle a pris langue avec le Secrétaire général, Dr Zongo Pousga Etienne, et l’ancien président de l’organisation des Assemblées de Dieu, Pasteur Yaméogo. A l’instar du Cardinal Philippe Ouédraogo, les deux guides religieux se sont réjouis de cette visite de courtoisie et ont fait des bénédictions pour leurs hôtes. Recevant du président Moussa Ouédraogo des exemplaires du Coebzine, magazine du Coebci, le pasteur Yaméogo dira : «Le Coebzine est une fierté pour nous tous. Nous ferons des publications dans vos prochains numéros».

Sercom Coebci

 

Continuer la lecture

Actualités

Burkina: Moussa Ouédraogo échange avec le Directeur de cabinet du président du Faso

Publié

depuis

Par

Dans le cadre de ses rencontres avec les autorités burkinabè, le Conseil des opérateurs économiques burkinabè a été reçu, ce samedi  16 janvier 2021, par Dr Seydou Zagré, directeur de cabinet du président du Faso.

La rencontre qui s’est déroulée au palais de Kossyam a permis au président du Coebci, Moussa Ouédraogo, et sa délégation de présenter leurs civilités et leurs vœux de nouvel an au premier collaborateur du président  Roch Marc Christian Kaboré.

Les hôtes de Seydou Zagré ont également mis à profit cette rencontre pour lui demander de transmettre leurs félicitations au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, pour sa réélection et leurs remerciements pour avoir reçu le Conseil en juillet 2019.

Moussa Ouédraogo et sa délégation ont été en retour félicités pour l’initiative de la faitière des hommes d’affaires burkinabè en Côte d’Ivoire et encouragés à poursuivre leurs actions de promotion des investissements au Burkina Faso.

Notons que la veille, vendredi 15 janvier 2021, la délégation du Coebci a été reçue par le ministre du Commerce, de l’industrie et de l’Artisanat. Le Conseil, faut-il le préciser, bénéficie déjà de l’accompagnement du département ministériel de Harouna Kaboré.

Sercom COEBCI

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Flash

Copyright © 2019. Conseils des Opérateurs Economiques Burkinabé de Côte d'Ivoire